Articles, photos, gravures

Articles ❯ ❯ Le tremblement de terre à Saint-Quentin (29 août 1896) .

Le tremblement de terre à Saint-Quentin  ( 29 août 1896) .

Nos lecteurs ont trouvé dans le Journal de Saint-Quentin les détails les plus complets sur le tremblement de terre qui mit en si vif émoi les populations du Nord et du Pas-de-Calais.
Ils ne seront pas peu surpris d’apprendre que ce tremblement de terre s’est fait sentir à Saint-Quentin même.

Nous le savions depuis plusieurs jours, un de nos collaborateurs ayant parfaitement senti la secousse ; nous n’en avons pas parlé plus tôt, parce que, d’une part, il ne s’était pas expliqué la cause de ce mouvement et d’autre part, il croyait à une simple coïncidence, ne valant pas la peine d’être signalé, avec les secousses qui s’étaient produites à Cambrai, à Douai, à Arras.

Aujourd’hui, le doute n’est plus possible. La secousse a été sentie par plusieurs Saint-Quentinois.

Au numéro 3 de la rue de Baudreuil, les locataires du troisième l’ont très nettement perçue. Elle s’est produite mercredi soir vers 9 heures ½ et a duré 2 secondes. Le plancher a rendu un son comme s’il s’ouvrait et le lit a oscillé.

Les mêmes effets ont été constatés à la gendarmerie, boulevard Gambetta.

Mme Carpentier-Huez, la femme du conseiller municipal, rue de Mulhouse, a constaté entre 9h ¼ et 9h ½, que la lampe à gaz de sa chambre à coucher oscillait et que le lit tremblait.

Prise de peur, elle s’est levée pour attendre le retour de son mari.

La domestique de la maison, effrayée par la secousse, se leva également.

Aux Petites-Sœurs-des Pauvres, la secousse a été plus forte encore. L’une des religieuses a entendu un bruit violent. Croyant qu’on frappait à la porte elle se leva. Les lits ont tremblé, et les vieillards ont tous été réveillés.

D’autres personnes ont également, en ville, senti la secousse.

Journal de Saint-Quentin

Médiathèque. Fonds local.

Retour en haut